Utilisation des tables annexe 3

samedi 9 juin 2007
par  DEMANTE Didier , LEGRAND Denis
popularité : 14%

 1 - Rappel : Loi de Henry

"A l’équilibre, la rension d’un gaz dans un liquide est égal à la pression partielle qu’exerce ce gaz sur ce liquide."

Conséquence : lorsqu’un système gaz-liquide n’est plus à l’équilibre quite à une variation de pression, la tension du gaz dans le liquide va évoluer jusqu’à atteindre cet équilibre.

La vitesse d’atteinte de cet équilibre est déterminée par la période du liquide : la période est le temps nécessaire pour diminiuer de moitié l’écart entre la tension initiale du gaz dans le liquide et la tension à l’équilibre.

 2 - Rappel du principe de la table des majorations : tables annexes 1 et 2

Le tableau annexe 1 des tables MN 90 donne l’évolution de la tension d’azote dans le sang en fonction de la tension initiale et du temps écoulé. Cette évolution est directement liée à la pression partielle d’azote dans l’aire.

Le tableau annexe 2 donne, en fonction du taux d’azote résiduel et de la profondeur de la deuxième plongée, le temps qu’un plongeur devrait passé à la profondeur considéré pour avoir le taux d’azote résiduel en question, si ce plongeur partait avec une tension d’azote à l’équilibre en surface.

Ce plongeur a donc, dès le début de sa plongée, une tension d’azote dans le sang égale à la tension qu’il aurait eu si partit avec une tension à l’équilibre en surface, il avait passé un temps égal à la majoration.

 3 - Utilisation de la table annexe 3

a - Principe de la table annexe 3

La table annexe 3 "Diminution de l’azote résiduel par inhalation d’oxygéne pur en surface" a rigouresement la même fonction que la table annexe 1. La différence réside dans le gaz respiré.

Dans la table annexe 1, le gaz respiré est de l’air avec une pression partielle d’azote de 0.8 bar.

Dans la table annexe 3, le gaz respiré est de l’oxygéne pur avec une pression partielle d’azote de 0.

Dans le cas où un plongeur respirerait uniquement de l’oxygène pur entre 2 plongées consécutives la table annexe 3 s’utiliserait exactement comme la table annexe 1 sans utiliser la colonne "Equivalent azote résiduel" inutile dans ce cas d’école.

b - Exercice :

Une palanquée s’immerge à 10h00. Elle plonge à 28 m pendant 30 mn. Dès la sortie de l’eau, les plongeurs respirent de l’oxygéne pur pendant 2 heures avant de replonger à la même profondeur pendant encore 30 mn.

Donner les paliers, l’heure de sortie et le GPS de la première plongée.

Donner l’heure d’immersion et les paliers de la deuxième plongée.

c- Utilisation pratique de la table annexe 3

Dans la pratique, on ne respire jamais de l’oxygéne pur pendant l’interval entre 2 plongées. Il faut ranger le matériel, préparerla plongée suivante. Autant de tâche que l’on ne peut pas faire avec un masqueà oxygène sur le visage. Sans compter que l’oxygne n’est pas donner...

Un plongeur faisant des successives avec respiration d’O2 alternera les périodes de respiration d’air avec celle de respiration d’O2.

Pour connaître son taux d’azote résiduel, il devra cumulé la lecture des tables 1 et 3 autant de fois qu’il changera de gaz respiré.

La colonne "Equivalent azote résiduel" donne, en fonction du GPS, le taux d’azote résiduel correspondant.

Pour passer de la table Annexe 1 à la table Annexe2, le plongeur devra prendre, dans cette colonne et en fonction du taux d’azote résiduel trouvé dans la précédente lecture de la table, le nouveau GPS à utiliser en entrer de la lecture de la table suivante. Si on ne trouve pas exactementce taux d’azote résiduel, on prend le taux d’azote résiduel directement supérieur.

Exemple : un plongeur sort d’une première plongée avec un GPS de L. Il respire pendant 2 heures de l’air normale, puis pendant 1 heure de l’oxygéne pure, et enfin pendant 30 mn de nouveau de l’air normal avec de se remettre à l’eua.

1ere étape : lecture de la table annexe 1 : GPS L, interval de 2 heures => taux d’azote résiduel 1.07.

2eme étape : lecture de la table annexe 3, GPS équivalent : un taux d’azote résiduel de 1.07 correspond au GPS F

3eme étape : lecture de la table annexe 3 : GPS F, interval de 1 heure => taux d’azote résiduel de 0.90.

4eme étape : lecture de la table annexe 3, GPS équivalent : un taux d’azote résiduel de 0.90 correspond au GPS c.

5eme étape : lecture de la table annexe 1 : GPS C, interval de 30mn => taux d’azote résiduel de 0.91.

Remarque : sans respirer d’Oxygéne et avec le même interval de temps, ce plongeur aurait eu un taux d’azote résiduel de 0.96.

 4 - Optimisation pour utiliser de l’oxygéne.

On tentera de respirer de l’oxygéne pur le plus tard possible, juste avant la deuxième plongée.

En effet, la vitesse de la baisse du taux d’azote est fonction du différentiel entre la tension d’azote et la pression partielle d’azote. Or, ce différentiel est le plus important juste après la plongée. C’est durant cette période là que le corps va désaturer le plus vite. En revanche, au bout de quelques heures, ce différentiel baissant, la désaturation va ralentir. D’où l’intêret de respirer de l’oxygéne à ce moment, pour réaugmenter ce différentiel et donc la vitesse de désaturation.

Certes, d’un point de vue désaturation, respirer uniquement de l’oxygène est plus rapide. Mais c’est coûteux, et peu pratique.

Exercice : Une palanquée à un GPS de P. Elle a 5 heures entre ses plongées, dont une heure de respiration d’Oxygéne. Calculer le taux d’azote résiduel si la palanquée respire l’Oxygéne en 1ere heure, en 3eme heure et en 5eme heure.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930